Introduction

TitelIntroduction
PublicatietypePaper op een congres
Publicatiejaar1988
AuteursVerhaeghe, F, Otte, M
Naam van het congresColloque international de Liège
ReekstitelEtudes et Recherches Archéologiques de l'Université de Liège - Archeologie des Temps modernes
Volume binnen de reeks26
Begin- en eindpagina5 - 14
Plaats van uitgaveLiège
Samenvatting

L'étude archéologique des temps modernes est une discipline relativement jeune et encore en plein développement.
En effet, sur le Continent, l'étude archéologique de cette période particulière a sensiblement progressé, surtout au cours de la dernière décennie. Le nombre de contributions concernant des sites et des découvertes datant de l'époque "moderne" augmente constamment, tandis que le nombre de spécialistes s'intéressant à des aspects matériels différents de cette période s'accroît également. La majorité des périodiques et autres séries de publications s'inéressant à l'époque médiévale incorporent régulièrement des contributions concernant les siècles suivants. Notons d'ailleurs que l'essor de l'archéologie urbaine continentale joue aussi un rôle important dans cette évolution.
Dans le cas du continent, un autre phénomène remarquable est à signaler, à savoir un certain parallélisme entre le développement de l'archéologie médiévale et celels des Temps Modernes. Dans les deux cas, un intérêt marqué,pour deux sujets spécifiques semble se trouver aux origines de ces nouvelles disciplines : la céramologie d'une part et l'étude des fortifications de l'autre, cette dernière l'emportant de loin au cours des années récentes. Les autres domaines (tels que l'industrie , l'habitat rural) ne jouissent pas (encore) d'un même attrait, mais de toute évidence ce n'est que là qu'une question de temps. Il faut cependant espérer que l'archéologie des Temps Modernes saura éviter certaines des crises de croissance qui ont marqué le développement de l'archéologie médiéval.
Nous ne pouvons ici passer sous silence un autre facteur important, à savoir la discussion concernant la pertinence de 'archéologie quand il s'agit d'étudier les Temps Modernes. La richesse et la diversité toujours croissante des sources historiques traditionelles se rapportant aux XVIe-XVIIIe siècles à longtemps suscité l'idée qu'une archéologie des Temps Modernes ne pouvait guère apporter de renseignements nouveaux et utiles. Ce problème complexe ne doit pas être débattu dans cette introduction, mais nous pouvons souligner qu'à notre avis une archéologie sérieuse des XVIe-XVIIIe siècles peut apporter non seulement un complément d'informations appréciable mais aussi une meilleure compréhension de la significationdes restes archéologiques et des mécanismes de leur interprétation. Les sources historiques peuvent nous y aider. Dans ce sens, l'archéologie des temps Modernes peut même jouer un rôle très important. En outre , l'approche archéologique propre est à même de contribuer activement à la connaissance historique de certains développements sociaux, économiques et culturels qui ont marqué la période de 1500 à 1800.
En Belgique , la situation n'est guère différente de c"elle ailleurs sur le continent. Tout comme ailleurs, la dynamique de larchéologie urbaine, l'essor de l'archéologie de sauvetage et le développement de la recherche ont également influencé cette évolution.
Néanmoins, il faut reconnaître que l'archéologie des Temps Modernes belge reste peu structurée et qu'il reste beaucoup à faire. Pendant longtemps, cette archéologie ne disposait pas d'un organisme officiel et plus ou mins centralisateur.Les organisateurs du colloque annuel Archaeologia Mediaevalis acceuillaient et acceuillent volontiers des contribuitions concernant cette époquetout comme le font un certan nombre d'autres périodiques. Mais le nombre de ces contributions reste malgré tuot assez limité. En outre , il faut noter un certain désiquilibre dans l'ensemble des sujets étudiés. L'études des fortifications - et dans une moindre mesure - la céramologie constituaient toujours de loin la majeure partie des sujets traités, tandis que d'autres secteurs restaient sous-représentés.
Notons aussi que - à part l'université de Liège et de la Vrije Universiteit Brussel - aucune Université belge n'inclut l'archeologie des Temps Modernes de façon officiëlle dans leur programme.Aux fins d'organisation pratique (but le colloques sur l'archéologie des temps modernes en Belqique 1985) mais aussi dans le but de constituer un organisme consacré à l'archéologie des Temps Modernes en Belque, ous avons alors crée un Groupe de contact au sein du Fonds national de la Recherche Scientifique : Archéologie post-médiéval/ Post-middeleeuwse Archeologie. Les buts de ce groupe de Contact , dont le siège se toruve au Service d'Archéoloige de Liège, sont de promouvoir l'archéologie des Temps Modernes en Belgique par l'intermédiaire de réuninons et de publications. Le colloque prévu était sa première activité.
Le volume assaye de donner un premier aperçu de l'éat des recherches dans le domaine de l'archéologie des Temps Modernes en Belgique.

Le volume essaye de donner un premier aperçu de l'état des recherches dans le domaine de l'archéologie des temps modernes en Belgique.

Citation KeyVerhaeghe:1988a
VerantwoordelijkeVAMEELS